Cet article appartient au dossier : Covid-19, accélérateur de tendances.

Stratégie de financement

Les fonds propres ne doivent pas être du luxe, même dans un monde à taux zéro

La dette ne coûte pas grand-chose et permet d’éviter la dilution du pouvoir. Pendant la crise, les entreprises sont parvenues à se financer sans difficulté, grâce au soutien public et à la réactivité du secteur bancaire. Le tissu productif devrait veiller à l’équilibre de ses sources de financement et ne pas négliger les fonds propres.

L'auteur

  • Sébastien RASPILLER
    • Chef du service « Financement de l’économie »
      Direction générale du Trésor

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°860

Covid-19 : accélérateur de tendances

L’environnement de taux d’intérêt bas, qui s’inscrit dans la durée, a considérablement réduit le coût de la dette pour les entreprises et conduit les établissements de crédit à assouplir leurs conditions d’octroi. Cette tendance n’a pas été remise en cause à l’occasion de la crise de la Covid. Les mesures mises en place très rapidement à partir de mars 2020, notamment le déploiement des prêts garantis par l’État (PGE) en une semaine, ont permis de maintenir l’accès au crédit et de répondre à une demande de financement exceptionnellement élevée.Dans ce contexte, les banques ont joué un rôle ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Covid-19, accélérateur de tendances

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet