Micro-assurance

Grâce au téléphone, Bima assure le « bas de la pyramide »

En effectuant des microprélèvements mensuels sur le crédit téléphonique de ses clients, l’AssurTech suédoise fournit une couverture décès et hospitalisation à des clients vivant avec moins de 2,50 dollars par jour. Un modèle dit de « pay-as-you-go » que Bima réplique dans une quinzaine de pays.

Les clients de l'assurtech Bima

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°367

Services financiers sur mobile : l’expérience de l’Afrique francophone

À Cité Avion, un quartier populaire aux abords de l’ancien aéroport de Dakar, Hawa peine à garder la tête hors de l’eau : ses fins de mois sont plus que difficiles depuis les décès consécutifs de son mari et de son fils aîné, parti pour l'Europe mais jamais arrivé. Outre la solidarité familiale, elle tire quelques revenus de glaces qu’elle vend depuis chez elle. « J’ai pu faire réparer notre congélateur grâce à l’argent de l’assurance de mon fils », explique timidement Hawa. 120 000 francs CFA (environ 180 euros) lui ont effectivement été versés par Bima, une AssurTech d’origine suédoise ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Services financiers sur mobile : l’expérience de l’Afrique francophone

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet