Bancarisation

Desjardins promeut l'épargne comme vecteur d'inclusion financière

Comment faire en sorte que l’épargne des populations à bas revenus finance le développement ? Quel rôle peuvent jouer les opérateurs téléphoniques face aux banques ? Dans l’univers de plus en plus concurrentiel de l’inclusion financière, la banque coopérative canadienne Desjardins a développé une expertise logée dans sa filiale DID.

Desjardins promeut l'épargne comme vecteur d'inclusion financière

L'auteur

  • Anne Gaboury, Développement International Desjardins
    • Présidente-directrice générale
      Développement International Desjardins (DID)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°807

Résolution: sur qui repose l’effort ?

Longtemps, la finance dans les pays en développement a été assimilée au microcrédit. Est-ce la vision de DID ?Depuis les débuts de DID, nous nous focalisons sur l’inclusion financière. C’est un concept qui va au-delà du microcrédit et s’étend à l’ensemble des services financiers. Nous voulons les rendre accessibles à tous via une institution financière formelle. La mobilisation de l’épargne a été historiquement un axe très important pour nous : nos partenaires institutions financières locales ont une mission d’inclusion, celle d’être des acteurs d’intermédiation pour le bas du marché, en ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet