Cet article appartient au dossier : Assurance : les travaux de recherche de l'ENASS.

Éditorial

Actualité, technicité et innovation dans l'assurance

Estimation du coût de la prise en charge publique de la dépendance par composante

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°301

ENASS PAPERS : actualité, technicité et innovation dans l’assurance

Cette seconde livraison des ENASS Papers est placée sous les signes de l’actualité, de la technicité et de l’innovation dans l’assurance. Nos auteurs montrent en cela que les techniques de couverture des risques, sollicitées par l’actualité de l’évolution de la société, peuvent produire des innovations en matière de produits et de services d’assurance.

Les sollicitations de l’environnement sociétal de l’assurance sont en effet diverses et nombreuses. La RC médicale, dont l’évolution se poursuit, fait l’objet d’un article de Bénédicte Dollfuss, préparé dans le cadre du Centre des hautes études d’assurances (CHEA), qui offre une approche solidement technique d'un sujet trop souvent traité sur le mode politique.

De l'actualité...

Deux auteurs, Arnaud Cohen et Laurent Rousseau, également du CHEA, proposent une lecture économique et prospective de l’évolution actuelle de l’assurance vie. Après avoir occupé pendant 20 ans la vedette du développement de l’assurance en France, et avoir été le « placement favori des Français », les contrats en euros multisupports sont précipités depuis peu de la roche Tarpéienne de l’assurance. C’est le moment de traiter de la gestion de la duration de l’épargne dans l’économie, du rôle de la fiscalité, et surtout des perspectives d’innovation dans les produits, comme palliatifs à la baisse des rendements et, peut-être, de la collecte.

... à l'innovation

Deux jeunes diplômés du Mastère de l’ENASS, Gregory Ranc et Amin Toussi, ont traité de sujets d’actualité, pour l’économie globale et pour l’assurance, et qui sollicitent les capacités d’innovation de la profession : le risque terroriste et le rôle des agences de notation dans l’appréciation du risque de contrepartie sur les réassureurs.

L’évolution de la réglementation sollicite également la créativité de la profession et des étudiants de l’ENASS. Enora Le Bleis, Doris Pajon, Julien Repessé et Sophie Niederberger consacrent leurs réflexions aux perspectives ouvertes par la directive Solvabilité 2 et aux conséquences de celle-ci sur le comportement des assureurs face aux risques, sous contrainte d’un nouveau système de mesure et de contrôle de leur solvabilité, fondé sur le niveau de capital suffisant pour couvrir le risque de ruine.

La culture d'entreprise, facteur de différenciation

Quant à l’évolution des entreprises, Jean-Philippe Thierry, vice-président de l’Autorité de contrôle prudentiel, propose une lecture nouvelle des causes et des conséquences des restructurations intervenues et à venir dans les diverses composantes du monde de l’assurance. Il développe une réflexion d’ensemble sur les problématiques de taille critique, de spécialisation et de diversification des entités d’assurance. Cette analyse dépasse les clivages juridiques traditionnels, tout en rappelant que la culture d’entreprise demeure le seul facteur de différenciation pérenne entre les organisations. Patrick Duplan décrit le business model de Pacifica et fait l’histoire de cette innovation majeure dans la distribution de l’assurance de dommages que constitue la mise en place de la bancassurance non-vie.

François Vilnet pose les bases d’une analyse en profondeur des caractéristiques d’une « Place internationale d’assurance et de réassurance » et les bases théoriques de sa construction. Il en tire des conclusions malheureusement sombres sur l’avenir de la Place de Paris. L’article fournit pourtant un guide raisonné de ce qu’il faudrait faire si, d’aventure, la société et l’État se prenaient à vouloir promouvoir les activités d’assurance françaises.

Pertinence et diversité

Je voudrais souligner et saluer le fait que tous ces travaux publiés dans ce numéro sont issus des « mémoires » de nos étudiants ou des auditeurs de la session 2010/2011 du CHEA. Ce sont aussi des retranscriptions ou des mises en forme de conférences données dans le cadre du MBA et du CHEA par des enseignants de l’école ou des personnalités de notre industrie qui ont accepté de consacrer du temps et des efforts à la formalisation de leurs travaux originaux.

Cette livraison est donc bien la restitution à la profession des travaux qui ont été conduits dans le cadre de son école et des études qu’elle finance en très grande partie. Elle montre la pertinence et la diversité des sujets traités, la compétence de nos élèves et de nos intervenants et donc la qualité de nos formations, et surtout, la vigueur de l’activité innovatrice de nos techniciens. Le haut niveau des textes publiés est un défi pour la prochaine livraison des ENASS Papers, que l’école va s’employer à relever.

 

Sommaire du dossier

Assurance : les travaux de recherche de l'ENASS

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet