Tarification

Clientèle fragile : un premier cap franchi par les banques

Une première étape dans l’amélioration du traitement des clientèles fragiles a été franchie cette année par les banques, qui s’étaient engagées, début 2019, à plafonner pour ces clients la facturation des frais sur incidents. Il leur reste pourtant encore du chemin à parcourir pour améliorer le traitement de ces clientèles… sans pour autant dégrader leur propre équilibre économique.

Clientèle fragile : un premier cap franchi par les banques

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°839

Numéro double 839-840 : Prospective 2020 - Rétrospective 2019

Reçues par la présidence de la République fin 2018 pour répondre à la crise sociale, les banques s’étaient alors engagées à plafonner, pour l’ensemble des clientèles fragiles, les frais d’incidents à 25 euros par mois. Cette mesure concerne 3,4 millions de clients fragiles dénombrés à fin 2018, principalement sur les critères du surendettement, de l’inscription au fichier central des chèques, de la récurrence des incidents de paiement, ou de leur faible niveau de ressources, selon le rapport annuel de l’Observatoire de l'inclusion bancaire.Un an après sa mise en place, nous observons que ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet