Activité bancaire au Liban : «Une conformité minutieuse avec les principes internationaux de la part des banques »

Antoine Sfeir revient sur le cadre réglementaire qui régit le secteur bancaire libanais. Ce dernier, dont l’activité est largement tournée vers l’extérieur, se conforme et manifeste toujours sa volonté de se conformer aux réglementations internationales, qu’il s’agisse des dispositions de lutte contre le blanchiment d’argent et l’argent du terrorisme, mais aussi des recommandations issues du Comité de Bâle ou la règlementation américaine FATCA.

Billets

L'auteur

  • Antoine Z. Sfeir, Avocat Beyrouth
    • Avocat
      Barreau de Beyrouth.
    • conférencier en Droit bancaire international au programme de Master I
      Université Saint Joseph de Beyrouth
    • Docteur d’Etat en droit international de Paris

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°771

Union bancaire : que veut l'Allemagne ?

Quelles sont les principales caractéristiques du secteur bancaire libanais ?Le Liban dispose d’un secteur bancaire solide qui constitue le pivot de son économie nationale. Ce secteur est la source principale du financement étatique étouffée par un lourd déficit. Les banques en tant qu’institutions et activités sont soumises d’une façon générale, au Code du commerce et spécialement au Code de la monnaie et du crédit (voir Encadré 1).D’une part, ce code donne un rôle primordial à la Banque du Liban qui dispose d’un large pouvoir, quant à la réglementation bancaire par l’entremise de ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet