Haute-fidélité

Tout pour la musique !

À la plage ou chez vous, autour d’une grillade dans le jardin ou confortablement installé dans son canapé, la musique rythme votre quotidien. Voici tout ce qu’il faut savoir (et avoir) pour en profiter pleinement…

DS9800W

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°738

La gestion d'actIfs entre en résistance

Avec les réseaux sans fil et la miniaturisation des appareils, la musique n’a jamais été autant à la portée de tous, quels que soient les goûts musicaux ou les modes de vie des auditeurs. Le pire côtoie le meilleur, tant en terme de qualité sonore, de titres disponibles (sans préjuger des goûts musicaux) qu’en ce qui concerne le matériel utilisé. Découvrez ce qui, en cet été 2011, vous permettra de profiter pleinement de votre musique.

Où trouver de la musique ?

Certes les supports physiques, comme les CD-Rom et les disques vinyles (qui suscitent un certain intérêt chez les puristes), peuvent toujours s’écouter chez soi. Mais dès que vous souhaitez faire une consommation de musique nomade (sur votre téléphone, un baladeur, une tablette ou même votre ordinateur), la version dématérialisée s’impose. Vous pouvez y accéder de deux manières différentes : votre musique peut être stockée (dans votre baladeur, sur votre ordinateur ou sur un disque dur par exemple), ou alors écoutée en streaming, à partir d’un service Internet.

Si vous décidez de numériser vos morceaux, choisissez le format correspondant le mieux à vos besoins (voir Encadré). Mieux, numérisez chaque morceau de deux manières différentes : une version pour l’écoute à domicile, sans compression, et une autre pour une écoute nomade, avec des appareils aux capacités de mémoire plus réduites. En effet, la plupart des formats numériques ne sont pas une copie fidèle de l’enregistrement original : ils utilisent des algorithmes qui compressent plus ou moins le son dans les fréquences les plus extrêmes (sans perte audible sur la qualité finale pour les formats lossless, avec pour la grande majorité) pour éviter de stocker des données inutiles et avoir ainsi des fichiers de trop grande taille. Pour importer la musique de vos CD, vous pouvez utiliser le logiciel fourni par défaut avec votre ordinateur (iTunes pour Mac OS X et les possesseurs d’iPhone/iPod/iPad même sous Windows, Windows Media Player pour les différentes versions de Windows, Rhythmbox ou Banshee pour Linux).

Avant tout, il convient de régler, dans les options du programme, les préférences d’importation. Pour les morceaux à écouter chez soi, comme les supports de stockage externe (simple disque dur ou serveur NAS à relier à vos installations multimédias) sont de moins en moins chers, mieux vaut utiliser des formats si possible sans perte, comme FLAC ou ALAC. À titre d'exemple, les disques durs externes d'un téraoctet, capables de stocker près de 3 000 albums musicaux sans compression, se vendent désormais à partir de 100 euros. Pour une écoute en mode nomade, pour pouvoir apprécier ses morceaux sans écorcher ses tympans, il faut « gagner de la place » en comprimant les fichiers, mais en essayant de rester entre 320 kbps et 192 kbps (soit proche d'une qualité CD). il est également possible de s'approvisionner en ligne (voir Encadré notre sélection de sites). Il existe deux manières légales de le faire : soit acheter de la musique à télécharger et à écouter n'importe où, soit l'écouter directement en ligne, via l'une des multiples stations de radio sur Internet ou un site de streaming. Pour ces dernières options, il est nécessaire d'avoir une connexion Internet de bonne qualité pour éviter que l'écoute ne soit hachée. Sur téléphone portable (avec des forfaits incluant Deezer ou Spotify par exemple), l'écoute sera également décomptée de votre forfait data. Enfin, il faut vérifier la qualité des musiques proposées. Il existe encore de nombreux sites qui ne proposent que du 128 kbps, bien en deçà d'une qualité CD.

Écouter sa musique en mode nomade

Que ce soit à partir de son ordinateur, son téléphone ou à partir d’un baladeur dédié, les solutions pour écouter confortablement sa musique en mode nomade ne manquent pas. Si les appareils d’Apple se taillent la part du lion, tant dans le domaine des baladeurs et smartphones que dans celui des accessoires « son » qui leur sont dédiés, ce ne sont pas les seuls présents sur ce marché. En fonction des formats musicaux choisis et des habitudes informatiques de chacun, il existe certainement un lecteur musical idéal. En revanche, quel que soit le constructeur, il faudra absolument changer les écouteurs fournis, ceux des fabricants n'étant généralement que des oreillettes bas de gamme qui écrasent totalement les sons, particulièrement dans les fréquences les plus hautes. Si les oreillettes classiques ont quasiment disparu du marché, vous avez désormais le choix entre les casques enveloppants (avec Bluetooth ou non, si vous voulez le raccorder à votre téléphone ou votre ordinateur) et les écouteurs intra-auriculaires. Les premiers sont plus chers mais également plus confortables et proposent une qualité sonore inégalée. Les seconds, en s’insérant directement dans l’oreille, permettent de bien s’isoler d’un environnement bruyant, mais tous les consommateurs n’apprécient pas cette intrusion. Si vous choisissez ce type d’écouteurs, veillez à ce qu’ils soient fournis avec plusieurs embouts de tailles et de formes différentes pour s’adapter à toutes les anatomies. Depuis quelques années, certains constructeurs proposent des casques et écouteurs adaptés au type de musique que vous écoutez (souvent sponsorisés par les artistes du moment). À moins de n’écouter qu’un genre bien précis, fuyez-les ! Sortis de leur genre de prédilection, ils tendent à massacrer tout le reste. Préférez-leur des écouteurs sans distorsion qui reproduisent l’intégralité des fréquences.

Écouter sa musique chez soi

Choisir son équipement audio chez soi est une démarche très personnelle. Il faut tenir compte de ses préférences, de la configuration de lieux à sonoriser et de son budget (le prix des enceintes varie d’une centaine d’euros à des dizaines de milliers d’euros pour certaines). Nous n’avons pas la prétention de livrer ici toutes les subtilités permettant de définir une installation sonore parfaite, mais voici quelques pistes à suivre.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)