Paiement mobile : quel système s’imposera ?

Kwixo

L'auteur

Pour en savoir plus

images
  • Google Wallet

    Google Wallet

  • EricssonMoney

    EricssonMoney

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°738

La gestion d'actIfs entre en résistance

NFC ou non, la guerre des paiements mobiles est lancée. Fin mai, Google a annoncé Google Wallet [1](http://www.google.com/wallet/), en partenariat avec MasterCard, Citi, VeriFone, First Data et Sprint. Cette application mobile s’installera sur n’importe quel téléphone NFC pour payer chez des commerçants équipés de terminaux compatibles Paypass, avec des cartes bancaires émises par Citibank ou des cartes prépayées qui seront commercialisées par Google. Las, un jour à peine après l’annonce de ce service, Paypal a lui annoncé qu’il poursuivrait Google pour vol de secret industriel. En effet, à l’origine de Google Wallet, il y a Stephanie Tilenius et Osama Bedier, employés précédemment par eBay et Paypal, et qui auraient apporté à leur nouvel employeur des idées déjà en préparation chez les anciens. Et Visa ? Il poursuit tranquillement ses acquisitions et achète pour 110 millions de dollars le prestataire de services financiers mobiles Fundamo. Il dispose également d’un accord avec Monitise pour offrir des services de paiements mobiles ou de transfert d’argent de personne à personne.

En attendant le NFC…

En attendant l’émergence d’un standard de paiement NFC, et notamment la mise en place progressivement des projets français (voir Revue Banque n° 736), d’autres systèmes de paiement sur téléphone mobile se mettent en place. Depuis quelques années, Paypal, via son application mobile (http://itunes.apple.com/fr/app/paypal/id283646709?mt=8), propose le transfert d’argent de particulier à particulier. Annoncé en fanfare, Buyster (voir Revue Banque n° 734), le service lancé par les trois grands opérateurs téléphoniques qui veut sécuriser l’achat sur Internet via le téléphone mobile, peine encore à se lancer à l’heure où nous écrivons ces lignes. Aux dernières nouvelles, il devrait être utilisable à partir de la mi-septembre, mais l’arrivée, début juin, de Kwixo (https://www.kwixo.com/), sur le même principe (voir Revue Banque n° 737), et son lancement à grand renfort publicitaire risquent de lui couper l’herbe sous le pied. D’autant que le fournisseur d’infrastructure télécom Ericsson lance lui aussi son portefeuille mobile, le eWallet (https://www.ericssonmoney.com). Ce service accessible dans 7 pays européens (France, Royaume-Uni, Espagne, Allemagne, Suède, Italie et Pologne) s’adresse à tous les porteurs de téléphone mobile, quel que soit le modèle ou l’opérateur, avec des tarifs assez intéressants (inscription gratuite, pas de frais d’envoi, les frais étant liés à la recharge du compte et à l’obtention d’une carte prépayée liée). La guerre du paiement sur mobile ne fait que commencer.

[1] L’annonce officielle en anglais est visible sur Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=am8t6iZ7up0&feature=player_embedded#at=113.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)