Cet article appartient au dossier : N°642 du 01/12/02, Bâle II en question.

Le modèle financier implicite de la réforme de Bâle

" Permettre aux banques et aux régulateurs d'évaluer correctement les risques " afin que le système financier soit " plus sûr et solide " et qu'il soit " plus efficient " 1 : cette belle pétition de principe peut sembler d'évidence. Pour autant, les objectifs de la régulation prudentielle ne sont jamais indépendants des fonctions attendues du système financier, des risques auxquels il est confronté, et des contre-mesures jugées adéquates pour y répondre.

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°642

Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)