Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme : De la 3e directive européenne au millefeuille réglementaire français

La transposition de la 3e directive européenne n’a guère simplifié le labyrinthe juridique à respecter en matière de lutte antiblanchiment : comment appliquer cette réglementation à la réalité de l’activité des établissements ? Comment trouver le juste équilibre entre maîtrise des risques, conformité réglementaire et « opérationnalité ».

Les principes LAB à respecter

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°279

Comment séduire la clientèle jeune ?

Si certains ont pu se sentir perdus à la lecture de la troisième directive européenne, qu’en est-il lorsqu’ils ont jeté leur tout premier regard sur les normes réglementaires françaises la transposant en droit interne ? Car si une seule directive a suffi à la Commission pour établir les obligations minimales en LAB/LFT, il aura fallu pas moins d’une ordonnance, plusieurs décrets et une demi-douzaine d’arrêtés pour en assurer leur transposition.Quand bien même les professionnels auront eu la patience de décortiquer une à une ces normes, qu’ils auront réussi à passer outre les allers-retours ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Articles du(des) même(s) auteur(s)