Les conséquences inattendues de la réglementation bancaire (2/3)

L’augmentation du capital des banques les rend-elle plus robustes ?

Après une première analyse montrant que les banques sont en train de perdre leur capacité à mesurer les risques correctement, cet article montre une autre conséquence inattendue de la pression réglementaire conduisant à augmenter le capital des banques, à savoir une fragilité accrue du système bancaire international.

L'auteur

  • Caen
    • Conseiller institutionnel
    • Membre du conseil d'administration de l'AFGAP et du comité exécutif de PRMIA France
    • Responsable du groupe Finance
      MIT Club de France

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°783

Conformité : entre prévention et sanctions

La croissance du capital des banques s’accélère. En effet, après une hausse de 15 % en 4 ans, de 2009 à 2013, le capital des banques européennes a encore augmenté de 10 % sur les 9 premiers mois de 2014, soit +300 milliards d’euros depuis 2009, pour atteindre 1 260 milliards fin septembre 2014, dernier chiffre connu. Quant aux grandes banques américaines, elles ont doublé leur capital entre fin 2009 et mi-2013, à 800 milliards de dollars.Et ce n’est pas fini : en novembre 2014, le G20 de Brisbane a décidé d’alourdir les règles de capitalisation des SIFI. Leurs ratios de solvabilité devront ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)